PROSTATE  :  MALADIES  ET  TRAITEMENTS

    La prostate est un organe de l'appareil génital masculin, soumise à l'action de la testostérone ; elle joue un rôle important dans l'éjaculation et la fertilité (le liquide prostatique est une composante du sperme).

Il existe 3 maladies principales de la prostate :

- l'infection ou prostatite qui se traite par les antibiotiques. Elle peut survenir chez l'adolescent ou l'adulte jeune après une MST

- l'adénome, maladie bénigne, fréquente, survient habituellement après 50 ans. On la repère par le toucher rectal et on peut l'explorer par l'échographie et l'urographie intraveineuse. Le traitement en est :

. soit palliatif par des médicaments qui font régresser la gêne mictionnelle, parfois le volume de la prostate.

. soit chirurgical quand l'adénome est mal toléré : ablation de l'adénome par l'urèthre (résection endoscopique), ou en passant par le bas ventre (adénomectomie transvésicale). D'autres techniques de traitement sont actuellement à l'étude .

D'éventuels troubles sexuels post-opératoires peuvent être prévenus, au moins par une information appropriée.

- le cancer est fréquent mais reste longtemps inoffensif. Il est diagnostiqué par biopsie ( grade de Gleason); il est ensuite évalué par le dosage de PSA, l'échographie, l'IRM, la scintigraphie. Son traitement peut être chirurgical (prostatectomie totale), par radiothérapie à haute énergie, par brachythérapie ou médicamenteux (anti-hormones, chimiothérapie). 
    Les troubles sexuels consécutifs à ces traitements sont également pris en charge.
    Le problème actuel est de trouver un test qui évalue le potentiel évolutif du cancer pour savoir quand et comment le traiter, c'est une des raisons pour lesquelles la tendance actuelle, lorsque le cancer est localisé à la prostate, avec un bas grade, de se contenter d'une surveillance régulière sans traitement ou avec un traitement intermittent. Les statistiques scandinaves qui s'étendent sur plus de 15 ans semblent montrer une survie plutôt plus longue et de meilleure qualité dans ce type particulier de cancer. Bien sûr, si un signe d'évolution se manifeste (↑PSA)il faut immédia-
tement traiter.

- des images de calcifications sont souvent retrouvées par l'échographie ; elles sont sans gravité et ne sont pas traitées

- les autres maladies de la prostate (tel le kyste) sont rares et bénignes.

CLIQUEZ pour revenir au menu

PREV

Contactez-nous

NEXT

Copyright 1996,2003- Centre d'Andrologie-Urologie de Paris (CAP)-G.ARVIS-Tous droits réservés.