INSTITUT D'ANDROLOGIE

Tableau II - Relevé des réponses dans les deux catégories,

en ordre de fréquence décroissante (d'après Bergeron et GaudreauJ


- gestes et comportements fermes, rudes, etc.

- leadership

- se sentir bien dans son
corps d'homme
- rôles, stéréotypes

Masculinité

- agressivité

- terme vide, à bannir

- particularité des
personnes

- le corps versus l'esprit

- égocentrisme
- maturité

- force physique surtout
- terme vide, à bannir
- rôles, stéréotype

- leadership

- gestes, comportements
rudes, fermes, etc.

- complémentarité

avec féminité


Masculinité

pourcentage du bagage de l'un (homme) par rapport à l'autre (femme)

congruence entre le sexe vécu et perçu

façon d'analyser, de percevoir moins en détail

L'analyse de leurs données fait ressortir les résultats suivants

a) " La masculinité

s'assimile à "virilité" et implique l'idée de force surtout physique. Dans son sens large, la masculinité se réfère à la prédominance des traits habituellement mais non exclusivement attribués à l'homme. Ces traits relèvent des particularités personnelles ou individuelles. Dans une optique relativiste, la masculinité s'attribue à l'homme qui possède plus de traits masculins que de traits féminins. "Masculinité" signifie "se sentir bien dans sa peau d'homme". Cela évoque la congruence entre le sexe vécu et le sexe perçu, entre le genre et le rôle, le rapport établi entre le corps et l'esprit, le dynamisme d'un processus plutôt que la fixité d'un état. Opérationnel lement parlant, "masculinité" renvoie à des gestes ou à des comportements" fermes", "rudes", "déterminants", "rigides", "durs", "affirmés", etc. La masculinité se réfère aussi à la rationalisation (par exemple : "être cérébral") et au contrôle émotif ou affectif en général. Les notions de rôles et de stéréotypes ou clichés sont évoquées pour définir la masculinité qui fait aussi référence à l'inné et à l'anatomie


"testicules", "hormones", "barbe",



"érection", etc). La masculinité est caractérisée par certaines capacités : "capacité d'être responsable de sa femme et de ses enfants", "d'échanger avec autrui ", "de réaliser", "d'aller de l'avant", "de faire sa place ", "d'être tenace", "d'être persévérant face à ses objectifs", "de se dépasser", "de défendre et d'attaquer". L'agressivité est d'ailleurs, selon nos répondants, une des caractéristiques de la masculinité. Celleci se caractérise aussi par la quête du "leadership", la " combativité", la "compétitivité", "l'audace", le "courage", la "stabilité", la "maturité", l' "activité", la "complémentarité par rapport à la féminité ", la tendance à " percevoir moins en détail " et à "analyser ". `(Bergeron et Gaudreau).

b) La féminité,

c'est l'inverse de la masculinité ; elle fait référence "au coeur et au corps plutôt qu'au cérébral". Elle implique des dimensions externes comme la "morphologie", "l'habillement", "l'intonation de la voix", "l'apparence", la "beauté", etc. Elle renvoie à des gestes et des comportements "doux ", "tendres", "chaleureux", délicats", "raffinés", "nuancés", "spontanés", etc ; à l'émotif et au sentimental, à la séduction, au charme, à la câlinerie. De plus "féminité" évoque des rôles