INSTITUT D'ANDROLOGIE

propre des enfants... Les étiquettes ont peut-être une sorte d'autonomie par rapport au comportement".

Un exemple frappant de ce processus d'imprégnation semble fourni par l'exemple du sexe d'élevage chez des enfants présentant des anomalies génitales congénitales. Luria et Hoenig citent les travaux des Ellis puis de Money, Hampson et Ehrardt pour montrer qu'à partir du même substrat anatomobiologique on peut obtenir des différences marquées en ce qui concerne l'identité de genre

- Dans le syndrome surréno-génital, il y a virilisation des organes génitaux externes du foetus femelle bien qu'il soit XX. À la naissance, en fonction du degré de virilisation ces enfants 46 XX étaient assignés et élevés soit comme des filles, soit comme des garçons (avant le traitement par la cortisone/. Lorsque le traitement devint possible, les enfants qui avaient vécu de longues années avec l'assignation masculine, choisirent de le garder. Ceux qui avaient vécu avec l'assignation féminine choisirent une chirurgie correctrice dans le sens féminin. Ils étaient devenus ce qu'on leur avait assigné d'être ; c'est ce que Luria appelle " l'effet Pirandello " (à chacun sa vérité !).

- Dans les cas de pseudo hermaphrodisme par résistance aux androgènes (à caryotype 46 XX), l'aspect génital à la naissance évoque celui du sexe féminin. Presque tous les sujets (sur 47 cas), élevés comme des garçons, présenteront tous les comportements que les autres hommes ont en devenant adultes : il ont une vie professionnelle masculine, sont attirés par les femmes, se marie et font tout ce que les autres hommes font, bien qu'ils ne puissent mener une activité sexuelle masculine normale. Les autres cas (13 %) restent simplement immatures. Aucun ne devient homosexuel. Par contre, parmi ceux élevés comme des filles, 13 % devinrent hétérosexuels et 18 % devinrent homo ou bisexuels.

- Un autre cas est celui de 2 jumeaux vrais nés garçons. À la suite d'une circoncision mal faite à l'âge de 7 mois, l'un des jumeaux subit une pénectomie. Cet accident entraîna sa réassignation comme fille avant l'âge de 2 ans. À l'âge de 10 ans, les deux enfants non


seulement présentaient un dimorphisme sexuel, mais aussi manifestaient un dimorphisme de comportement. La " fille " fut castrée. et devait subir à l'âge adulte une intervention de vaginoplastie. La vie de chacun des jumeaux est devenue différente. "Médecins et parents ont créé une femme par le biais de l'assignation et de l'éducation ".

Luria ajoute encore cette précision intéressante : " L'enfant castré était le jumeau dominant au cours des premiers mois de vie... et était qualifié de leader ; plus tard (après la castration) la mère le décrivait comme la " mère poule " et comme étant autoritaire ".

- Une autre observation est celle de 2 garçons nés avec une aplasie du pénis. L'un et l'autre ont pu acquérir une identité masculine en se créant un pénis fantasmé sous l'influence des pressions extérieures. Pour Stoller, " les facteurs postnataux d'ordre relationnel peuvent effacer la poussée des forces d'ordre biologique au point de maîtriser la direction de l'identité ".

Les conclusions tirées de ces études ont été ainsi résumées par Haenig

- A la naissance l'enfant est dans un état de neutralité sexuelle (psychologique/.

- L'identité de genre et l'érotisme sont largement le résultat de l'assignation du genre et de l'éducation, même quand l'aspect physique est en discordance avec l'assignation.

- Le processus d'acquisition de l'identité de genre et l'orientation érotique sont apparentés au processus d'empreinte qui est connu de l'étude animale (Lorenz, 1952).

- II en résulte que l'imprégnation a lieu pendant une période critique qui se situerait avant l'âge de 2 ans 3 mois. À cet âge, l'identité de genre et l'orientation érotique sont fermement établies et les tentatives de changement sont dangereuses et sources de complications ultérieures.


- L'imprégnation est permanente.

Néanmoins, dans certains cas d'hermaphrodisme, le changement d'identité a pu se faire après la puberté (Imperato Mc Ginley/. Ceci tendrait à prouver qu'à partir d'une identité de