INSTITUT D'ANDROLOGIE

montre sa force, son courage et sa perspicacité. À l'inverse, la jeune fille doit faire la preuve des qualités qui sont celles attribuées au genre féminin ". (Maccoby).


Le rapport sexuel, dans sa composante ludique a aussi ses rites et ses stéréotypes qu'il faut apprendre au cours des jeux. Compte tenu de son importance sociale, sur laquelle, il n'est pas besoin d'insister, il est possible que l'expérience ludique et l'expérience des premiers rapports sexuels marquent plus profondément leur empreinte dans le conscient et l'inconscient. Si les expériences sont ratées, elles se traduiront par des difficultés sexuelles (hypoérection, éjaculation rapide, manque de désir) dont le traitement peut s'avérer difficile.


Nous n'avons fait qu'évoquer quelques types d'expérimentation qui permettent de faire l'apprentissage du sexe, de la sexualité et du genre. II est évident qu'en quelques pages, il est impossible d'être exhaustif sur un sujet qui a fait l'objet de tant de livres et de controverses. II a paru néanmoins utile de rappeler quelques exemples des mécanismes d'identification et d'apprentissage et de montrer, comme le dit Zazzo, que les traits psychiques ne s'héritent pas, ils se construisent, à partir des matériaux biologiques et de données culturelles, par l'activité incessante de l'individu.


II existe une " embryologie " de la psychologie adulte qui se développe de la naissance à l'adolescence dans les couveuses familiales et scolaires.


d) L'information

peut être une aide dans les processus d'identification en apportant à la mémoire et à l'intelligence des matériaux qui vont aider l'individu dans son apprentissage. Cette information est fournie par les parents, la famille, l'école, les camarades, la télévision, les journaux.


Soulignons à ce propos l'importance de la verbalisation et du dialogue surtout pour les garçons dont l'aptitude linguistique, nous l'avons vu, est moindre que celle des filles. Susciter des questions dans des domaines encore non verbalisés, répondre de façon explicite aux


questions posées telles que " C'est quoi, papa...", " Qu'estce qu'il a fait, le monsieur... ", "Pourquoi il a fait ça...", ou à celles des célèbres histoires de " Toto ", c'est informer, c'està-dire former, c'est-à-dire éduquer au sens très large du terme, c'est transmettre des connaissances, des stéréotypes, des codes de façon ouverte (et non pas en système binaire). C'est fournir des explications à des phénomènes ou à des événements qui pourraient être source de mystère donc de peur et d'anxiété. Bref, c'est donner des matériaux que le garçon pourra ensuite utiliser dans ses expérimentations.


Par exemple, il est évident qu'une information sexuelle bien faite, par les parents, le maître d'école ou le médecin, permet à l'intelligence de comprendre, à l'émotivité de se délivrer de certaines peurs et anxiétés. Mais cette information ne remplacera jamais l'expérimentation sexuelle " sur le terrain " - seule façon " d'incorporer " une connaissance.

Au total, on voit que les mécanismes d'identification sont nombreux, qu'ils interviennent à tout âge de la vie, que plusieurs mécanismes peuvent intervenir simultanément et successivement et qu'ils permettent la construction progressive de l'identité masculine.

Remarquons, au passage, la grande plasticité cérébrale de l'homme qui lui permet d'inventer de multiples expériences, facteurs de connaissances et de progrès dans l'inventaire de soi et du monde. Cette plasticité a permis son adaptabilité à d'innombrables nouvelles situations depuis le début des temps historiques. Le nombre de métiers est devenue immense et " sans aucun rapport avec la chasse et le combat corps à corps, en dépit des analyses très librement établies entre le gibier et l'argent rapportés au foyer ". (Maccoby)


4) L'identification se fait-elle facilement?

Apparemment oui ! puisque la plupart des mâles deviennent des hommes capables de faire leur service militaire, d'avoir un métier, de fonder une famille, etc... donc de s'intégrer socialement. À l'inverse, on sait bien que,