INSTITUT D'ANDROLOGIE

Les caractéristiques de l'habitus, si elles ont une valeur un peu relative, sont néanmoins très importantes pour l'individu. En effet, c'est à partir de la silhouette que lui renvoit le miroir et de ce qu'il en palpe qu'il va construire la propre image de son corps, premier stade du processus d'identification du moi à un sexe et à un genre.


b) Le cerveau


Les différences structurales entre les cerveaux masculins et féminins sont minimes : le poids du cerveau est en moyenne un peu plus élevé chez l'homme (oublions les âneries concernant l'interprétation de cette différence qui a été émise à ce sujet au début du siècle) ; le corps calleux (qui relie les deux hémisphères) est plus développé chez la femme (Wada cité par Deniker) ; l'aire temporale est plus étendue chez l'homme à gauche, chez la femme à droite (Deniker).

Y a-t-il des différences dans l'organisation cérébrale des hommes et des femmes ?

Rappelons d'abord qu'il existe une dominance cérébrale chez la majorité des individus ; les hémisphères cérébraux ont une spécialisation

- l'hémisphère gauche est prédominant dans le traitement des tâches analytiques, linguistiques et séquentielles ; sa lésion entraîne une aphasie ou une dysphasie et une alexie ou une dyslexie ;

- l'hémisphère droit est prédominant dans le traitement des tâches globales, spatiales et non verbales ; sa lésion entraîne des déficits dans la perception des formes, de l'espace et des aptitudes musicales.


LE DEGRÉ DE SPÉCIALISATION CÉRÉBRALE N'EST PAS LA MÊME DANS LES DEUX SEXES.


S'appuyant sur de nombreux travaux, Witelson affirme que la latéralisation des fonctions est plus forte chez les hommes

- La perception linguistique est moins affectée par des lésions de l'hémisphère gauche chez les femmes que chez les hommes ; il semblerait donc exister une différence de degré dans la spécialisation de l'hémisphère gauche pour le langage.


- Pour la perception spatiale, de même, les hommes ont une forte spécialisation de l'hémisphère droit. Chez les garçons normaux, de 6 ans et plus, l'hémisphère droit est spécialisé dans les taches spatiales : les objets touchés sont reconnus de manière plus exacte par la main gauche ; la différence entre les deux mains est significative alors qu'elle ne l'est pas chez la fille (Witelson).


II en résulte que :


- La même tâche peut être traitée par des structures neurologiques différentes chez les individus masculins et féminins, témoins de la plasticité du cerveau humain.

- Pour la fonction spatiale, une plus forte latéralisation dans le cerveau est associée à un niveau d'aptitude supérieure ; de ce point de vue, les hommes sont meilleurs que les femmes.


- Pour la fonction linguistique, une plus faible latéralisation de la fonction est associée à des niveaux supérieurs de l'aptitude ; de ce point de vue, les femmes ont une aptitude linguistique supérieure à celle de l'homme. De même les gauchers, qui ont une moindre latéralisation du langage dans l'hémisphère gauche, ont des aptitudes verbales supérieures aux aptitudes spatiales.


9 CES DIFFÉRENCES ENTRE HOMMES ET FEMMES ONTELLES UNE CAUSE BIOLOGIQUE ?


Bock et Kolakowki attribuent ces différences à un gène récessif lié au sexe, en l'occurrence le chromosome X. Voici les arguments qu'ils avancent

- "Le chromosome Y porte peu de gènes, et ainsi les gènes du chromosome X déterminent pour cette paire l'information génétique. Puisqu'un gène récessif ne peut se manifester que s'il n'est pas supplanté par un gêne dominant, un mâle porteur d'un gène récessif de forte aptitude spatiale sur le chromosome X manifestera cette aptitude, tandis qu'une femelle devrait avoir deux gènes récessifs, un sur chaque chromosome X. Ainsi... la proportion de femelles douées d'une telle aptitude sera toujours moindre que celles des mâles ;